Social

Financement et apports en service

Financement des programmes

Chaque année, les associations peuvent soumettre des programmes nécessitant des subventions du Fonds Social Juif Unifié.
Ceux-ci sont examinés au plan régional par des élus via le Conseil d’Orientation Budgétaire. Les recommandations du COB Social sont soumises aux instances de gouvernance et sont votées par le Conseil national.

Apports en services

La direction de l’action sociale peut intervenir auprès des associations sur les axes suivant :

  • Conseil et ingénierie de projet
  • Mise en relation au sein du réseau afin de mutualiser les expériences
    et les coopérations inter-associatives
  • Lien avec des partenaires publics ou privés pour le soutien financier
    à des programmes
  • Accès aux programmes et dispositifs spécifiques de la direction
    de l’action sociale
  • Les programmes du FSJU au service de tous en lien avec les acteurs de l’action sociale de proximité

    • Observatoire social
    • L’observatoire social du FSJU est un outil de suivi et de veille des actions entreprises par les associations. Il permet de rassembler des informations et de donner des indications sur les besoins à couvrir dans les années à venir. Grâce aux études thématiques qu’il réalise, l’observatoire permet au Fonds Social Juif Unifié et aux décideurs associatifs de mutualiser des analyses et facilite les coopérations au sein du réseau.

    • Centres d’action sociale en régions
    • Cinq Centres d’Action Sociale Israélite sont accompagnés par le FSJU. Ils sont implantés à Marseille, Nice, Toulouse, Lyon et Strasbourg.
      Sur le mode des services sociaux polyvalents, ces centres accompagnent au quotidien les familles, les jeunes, les personnes âgées, les handicapés dans la résolution de leurs difficultés sociales, économiques… Ils travaillent, naturellement, en complémentarité avec les services sociaux publics et en accord avec les orientations des collectivités territoriales.

    • Réseau Ezra
    • Le Réseau Ezra est une interface entre les personnes en difficulté ou en situation d’isolement et les différents acteurs de la solidarité communautaire et publique. Au plus près des réalités sociales, les bénévoles du Réseau Ezra sont formés. Ils proposent à chaque personne de l’écoute, du soutien, de l’orientation, ou de l’accompagnement vers des services spécialisés…. Les Réseaux proposent aussi pour les plus isolés des visites à domicile, des moments de convivialité…

    • Fonds d’Urgence Solidarité
    • En créant ce fonds, le FSJU met les associations au cœur de son dispositif d’aide aux plus démunis.
      Ce fonds permet de débloquer des situations d’urgence : loyer en retard, dettes énergétiques, aide d’équipement, frais de santé, aides juridiques. Il est activé dans des délais très courts. Ce Fonds d’urgence permet aussi d’aider les associations qui fournissent de l’aide alimentaire.

    • Appel national pour la tsédaka
    • Chaque année, du 15 novembre au 15 décembre, le FSJU en partenariat avec les principales associations de la communauté met en place une campagne unitaire au profit des associations sociales juives de France.
      A cette occasion et à travers toute la France, les professionnels et des bénévoles sont mobilisés pour réaliser cette collecte de dons, informer le public des difficultés sociales et des réponses apportées par notre réseau.

    • Microcrédit personnel solidaire
    • Le microcrédit social est un prêt, dont les intérêts sont pris en charge par le FSJU, d’un montant de 500 à 3 000 euros. Le remboursement s’échelonne de 12 à 36 mois. Il s’adresse à des personnes en mesure de le rembourser. Une convention a été signée entre le FSJU et le Crédit Coopératif.
      Depuis leur mise en œuvre, ces prêts solidaires ont permis de résoudre des problèmes liés aux frais de logement – relogement, à l’aménagement, à la santé, à la formation…

    • Latalmid-Samekh
    • Face aux difficultés croissantes des familles, le FSJU a mis en place une politique d’aide efficace et concrète : le programme Latalmid-Samekh.
      Latalmid consiste en l’attribution d’une bourse cantine, d’en moyenne 450 euros par an et par enfant. 1100 bourses par an sont octroyées à des familles. Soixante-dix établissements scolaires sont concernés par ce programme au plan national.
      Le deuxième volet, Samekh, favorise les partenariats entre les associations sociales et les écoles. Soixante conventions permettent d’aider les établissements à se doter de travailleurs sociaux, de psychologues ou de professionnels médico-sociaux et apportent soutien et suivi aux enfants et aux familles.
      Ce programme est réalisé en collaboration avec la direction de l’Action scolaire du FSJU.

    • Bourses vacances enfants
    • Le Fonds Social Juif Unifié, soucieux de lutter contre toutes les formes d’exclusion, cherche à favoriser un accès aux loisirs et aux vacances au travers notamment de la mise en place de bourses vacances à destination des enfants défavorisés.
      Attribuées par les Directions de l’Action sociale et de la Jeunesse, ces bourses permettent aux enfants issus de familles aux revenus modestes de participer aux activités des mouvements de jeunesse. Elles viennent compléter les bourses octroyées par les organismes de vacances et les services sociaux.
      En 2015, 630 bourses ont été octroyées. Elles ont concerné 40 structures au plan national : mouvements de jeunesse, organismes de vacances, centres aérés.

    • Bourses vacances pour personnes en situation de handicap
    • Le Fonds Social Juif Unifié, soucieux de lutter contre toutes les formes d’exclusion, cherche à encourager l’inclusion dans la société des personnes en situation de handicap.
      En 2015, le FSJU a mis en place des bourses pour favoriser l’accès aux vacances de ces personnes dans des séjours adaptés ou spécialisés, leur permettant ainsi de développer leur autonomie dans un cadre sécurisant.

      Ces bourses permettent aux enfants de partir en séjours organisés par des mouvements de jeunesse, des centres aérés ou pour les adultes dans des séjours de vacances adaptés.
      Ce Fonds permet d’aider financièrement les familles d’enfants de 6 à 18 ans et les adultes (jusqu’à 69 ans) bénéficiant de petits revenus et/ou suivis par les services sociaux.

      En 2015, 55 personnes ont bénéficié de cette aide.
      Elle représente aussi pour les familles un temps de répit nécessaire leur permettant de « souffler ».
      Ce fonds est soutenu par la Fondation Sacta-Rachi.

    • Bourses vacances personnes âgées
    • Ce fonds d’attribution de bourses vacances pour personnes âgées est financé conjointement par le FSJU et la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Il permet d’aider financièrement les personnes âgées de plus de 70 ans bénéficiant des minima sociaux ou n’ayant pas suffisamment de revenus pour partir en séjours d’été – organisés par des associations – vacances « classiques » ou séjours thérapeutiques. Cette possibilité qui leur est offerte constitue aussi temporairement un soulagement pour les proches.

    • Passerelles
    • Service d’écoute et d’orientation pour les survivants de la Shoah et leurs enfants.
      L’équipe de Passerelles Paris répond par téléphone aux demandes d’information sur les droits des victimes, aide à l’instruction de dossiers, oriente vers les services sociaux, etc. Dans les régions, Passerelles accueille le public et propose des activités. Ce programme est soutenu par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et la Claims Conférence.

    • Métiers du social – Fonds de bourse Norbert Dana
    • Ce Fonds a pour vocation d’aider toute personne désirant se former aux métiers du social et de mettre ses compétences professionnelles au service d’une des associations sociales ou d’aide à la petite enfance du réseau.

      Certains de ces programmes bénéficient du co-financement de la Direction Générale de la Cohésion Sociale, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la Fondation Sacta-Rachi, de la Fondation du Judaïsme Français.