Message du président


Ariel Goldmann

Chers amis,

L’année écoulée a changé le regard de tous sur la communauté juive de France, élu Président en avril 2014, je n’ai pas échappé à ce changement de perception.

D'abord parce que cette première année m'a permis de mieux saisir l'ampleur des enjeux de société, liés à l’actualité, auxquels nous sommes confrontés.

Ensuite parce que j’appréhende à présent avec des sens mieux aiguisés, les difficultés qui nous touchent et les problèmes qui nous environnent.

Comme chacun le sait, cette année a été marquée par les événements de janvier, qui avaient été précédés par les bruits de bottes de manifestations pro-gaza en juillet 2014.

En plus de nous avoir profondément troublés, ces évènements tragiques ont, en signifiant une aggravation inquiétante de la situation, réellement constitué un tournant historique dans la vie des Juifs de France.

Les menaces qui pèsent sur notre communauté, sur la France et les valeurs républicaines, sont d'une gravité sans précédent.

Fidèle à mon engagement initial d’inscrire ma présidence dans les valeurs de la République, je ne peux que saluer les actions du gouvernement suite aux évènements et les mesures prises en concertation avec le FSJU et les autres instances communautaires.

Les paroles de François Hollande et Manuel Valls, pour ne citer qu’eux, ont réchauffé nos cœurs meurtris par la violence des attaques et la douleur liée à la perte de nos proches.

Les actions menées par le gouvernement à la suite de ces attaques nous ont aussi rassurés et remis en selle.

Face à la crise, la communauté juive de France a fait la démonstration de sa force, de son union dans ce combat. Elle n'a pas cédé à la panique et l'entreprise de déstabilisation largement entamée ne doit pas entacher le lien qui l’unit à sa patrie. C’est en misant sur l’avenir de la jeunesse que le FSJU entend pérenniser la présence juive en France et rassurer ceux qui viendraient à douter de ce lien.

De plus, le FSJU s’attelle depuis 1950 à honorer son devoir de préserver l'identité juive de France, en promouvant la culture, l’éducation, la vie associative, ainsi que de protéger et aider les membres de la communauté.

Il a donc pleinement joué son rôle d'aide au public en ces circonstances dramatiques.

Malgré les évènements, gardons en tête que la plus intolérable des discriminations est bien souvent d'ordre matériel. Fort de son expérience, et du professionnalisme des organismes fédérés, le FSJU s’attache à lutter contre toute forme d'exclusion.

C’est pourquoi, comme je le promettais il y a un an, le travail engagé par nos prédécesseurs dans le domaine social et notamment en faveur de ceux qui souffrent de la double peine, précarité et antisémitisme, est aujourd’hui plus que jamais au cœur de notre action.

Ariel Goldmann, Président du Fonds Social Juif Unifié.
Avril 2015.